[ Le SMDSM ] [ Base du SMDSM ] [ Les structures ] [ Les services radio ] [ Les 9 fonctions ] [ Les zones SMDSM ] [ La convention SAR ]
 

Le SMDSM a été élaboré, par l'OMI, sur les bases d'une analyse des fonctions à assurer en matière de radiocommunications, par un système de détresse et de sécurité, utilisant tous les moyens modernes de communication.

Dans le SMDSM tout navire à la mer doit assurer les fonctions suivantes :

1.  Émettre des alertes de détresse (navire-terre) par au moins deux moyens distincts et indépendants, utilisant chacun un service de radiocommunication différent.

La fiabilité de l’émission est définie dans la fonction n° 1, en précisant que l’on doit disposer à bord de 2 moyens distincts et indépendants utilisant chacun un service de radiocommunication différent. L’alerte de détresse est adressée à tous (sauf Sarsat-Cospas et Inmarsat) mais prioritairement destinée à la terre. Presque toujours le second moyen, indépendant de toutes les zones SMDSM, est la RLS Sarsat-Cospas.

2.  Recevoir des alertes de détresse (terre-navire).

Cette fonction suppose que tout navire à la mer doit être capable de recevoir les relais d’alerte de détresse diffusés par les autorités SAR ainsi que les accusés de réception des alertes de détresse.

3.  Émettre et recevoir des alertes de détresse (navire-navire).

Tout navire en détresse doit être capable de diffuser une alerte de détresse vers les navires  avoisinants et de recevoir une alerte de détresse en provenance de ces mêmes navires (solidarité entre gens de mer).

4.  Émettre et recevoir des communications ayant trait à la coordination des opérations de recherche et de sauvetage (SAR navire-terre).

Ces communications sont celles échangées entre l’autorité responsable de la coordination SAR, souvent le MRCC de la SRR dans laquelle a eu lieu le sinistre, et les navires sur la zone de l’opération suceptibles de porter assistance au navires en détresse.

5.  Émettre et recevoir des communications sur site (navire-navire).

Ces communications sont celles échangées entre les différents moyens sur zone engagés dans l’opération SAR (navires de pêche, de commerce, de guerre, SNSM, aéronefs, ... )

6.  Émettre et recevoir des signaux destinés au repérage (navire-navire).

Cette fonction définit les possibilités de recevoir les signaux émis par les SART grâce à l’utilisation d’un radar (3 cm) et d’émettre ce genre de signaux.

7.  Émettre et recevoir des RSM (Renseignement sur la Sécurité Maritime).

Ces renseignements ont trait à la sécurité de la navigation (avurnav, météo) et aux détresses. Ils sont émis depuis le bord en fonction de la zone SMDSM dans laquelle se trouve le navire. Il est souhaitable de veiller ses informations à quai quelques heures avant le départ pour être certains de recevoir la dernière vacation, consulter les horaires de vacation.

8.  Émettre et recevoir des communications d'ordre général.

Communications de routine (opérations portuaires, contrôle du trafic) et de correspondance publique qui concerne le trafic à caractère commercial ou privé. Ce sont toutes les communications autres que celles de détresse, d'urgence ou de sécurité.

9.  Émettre et recevoir des communications passerelle à passerelle.

Communication ayant trait à la sécurité de la navigation qui doit pouvoir être échangée du poste où est habituellement conduit le navire. Généralement en VHF phonie canal : 13.

 

Il existe 2 dérogations à la première fonction du SMDSM :

  • Les navires qui utilisent uniquement la VHF (zone A1), ces navires peuvent utiliser l’ASN VHF du bord sur le canal 70 et la RLS VHF canal 70, nous avons donc 2 moyens distincts et indépendants mais utilisant le même service de radiocommunication.
  • Les navires qui utilisent un terminal Inmarsat A, B ou C, peuvent utiliser l'un ou l'autre de ces terminaux et la RLS Inmarsat E, nous avons donc 2 moyens distincts et indépendants utilisant chacun le même service de radiocommunication. Attetion fin du service Inmarsat E le 1er décembre 2006 et Inmarsat A le 31/12/2007