[ Le SMDSM ] [ Base du SMDSM ] [ Les structures ] [ Les services radio ] [ Les 9 fonctions ] [ Les zones SMDSM ] [ La convention SAR ]
 

Le SMDSM utilise 5 services de radiocommunications pour assurer ses fonctions.

INMARSAT

Ce système, grâce à un réseau de satellites géostationnaires (35800 km d’altitude), permet tous types de radiocommunications entre les parallèles 70° N et 70° S.

Positionnement des satellites Inmarsat

Réseau des satellites Inmarast, vu au dessus du pôle Nord
From Admiralty List of Radio Signals, Volume 5 (NP285,Edition 2005/06)

Le système INMARSAT (Internationale Maritime Satellite organization) fait l'objet d'une convention signée en 1976 et qui a été rendue opérationnelle en 1982. INMARSAT est un système à vocation commerciale qui groupe environ 90 pays. En dehors des communications phoniques, INMARSAT permet également de transmettre des télex, de l'image, des fichiers informatiques. Grâce à l'Appel de Groupe Amélioré (AGA ou EGC en anglais), il peut faire parvenir des messages à des destinataires ciblés, soit par zones géographiques, soit par adresses.

Les communications dans le sens navire-satellite sont acheminées dans la bande 1626,5/1645,5 MHz et celles dans le sens satellite-navire dans la bande 1530/1544 MHz.

Le réseau des satellites d'INMARSAT ne possède pas de fréquences de détresse sauf une bande réservée aux appels des balises de radiolocalisation des sinistres fonctionnant dans la bande des 1,6 GHz (bande L). Il existe un appel prioritaire dans le cas d'une alerte de détresse émanant d'un navire et le canal affecté par le système pour écouler le trafic de détresse est protégé. Si aucun canal n'est disponible, le système en libère un d'autorité pour l'affecter. De même, des dispositions sont prises, pour que les liaisons soient sécurisées entre stations terriennes, stations de coordination et MRCC.


SARSAT-COSPAS

Le système COSPAS-SARSAT permet le repérage et la localisation de radio balises à l'aide de satellites à orbite polaire basse ( 850 et 1000 km d’altitude ) ainsi que de satellites géostationnaires.

Ce système (dérivé d'Argos) a été mis en place par quatre pays : France, États-Unis, Canada et Russie. Le principe repose sur l'utilisation d'un satellite défilant sur orbite polaire basse qui va mesurer la dérive de fréquence, due à l'effet Doppler, de l'émission d'une radiobalise.

Principe Argos                                 Principe Sarsat-Cospas

Principe du service Argos et principe du service Sarsat-Cospas
Recherche et sauvetage par satellite (07-2002) Centre National d'Etudes Spatiales

Le système comprend 4 satellites géostationnaires et 5 à défilement qui sont équipés d'un répéteur à 121,5 MHz, d'un récepteur-processeur à mémoire conçu pour recevoir, traiter et mémoriser les signaux reçus sur 406 MHz, ainsi que d'un émetteur sur 1544,5 MHz.

Le segment sol comprend les stations Terriennes à Utilisation Locale (LUT), qui reçoivent les signaux relayés par les satellites et les traitent pour localiser les radiobalises. Ces informations sont transmises aux Centres de Contrôle de Mission (MCC) qui les valident et qui  font parvenir les données d'alerte et de localisation des détresses aux MRCC associés qui alertent les autorités SAR.

Il comprend enfin les radiobalises, qui peuvent être terrestres (PLB), aéronautiques (ELT) ou maritimes (EPIRB).

Le satellite en visibilité d'une radiobalise, assure un pré-traitement du message, le mémorise et le transmet dès qu'il est en visibilité d'une LUT. L'émission consiste en impulsions contenant un message codé permettant de déterminer le type de véhicule, sa nationalité et son identité et éventuellement la cause de la détresse.

La précision de la localisation est de l'ordre du kilomètre à 1MN après deux passages de satellite et la durée maximum de localisation est de 90 minutes. Ces délais peuvent paraître longs, cependant le système est en pleine évolution, notamment grâce à l’utilisation de nouveaux satellites géostationnaires capables de réceptionner les signaux en provenance de RLS disposant d’un GPS intégré, la précision de localisation est toujours inférieure à 50 mètres et le temps de retransmission de l’alerte à terre est de l’ordre de 3 minutes si le navire est situé entre les parallèles 70° N et S.

VHF

Elle permet des communications phoniques de bonne qualité, mais à courtes distances (environ 20’).

La VHF (very high frequency) est un système d'émissions réceptions fonctionnant en ondes métriques dans la gamme des 156/174 MHz pour la bande marine. Cette bande est utilisée uniquement en radiotéléphonie avec deux canaux spécifiques :

  • le canal 70 réservé aux alertes de détresse, d’urgence, de sécurité et de routine par les techniques de l'Appel Sélectif Numérique (ASN).
  • le canal 16 ancien canal principal de détresse, toujours en activité et associé au canal 70 pour écouler le trafic de détresse.
 Affectation des canaux VHF Les autres canaux sont utilisés à des fins commerciales ou de  navigation.

Les fréquences de cette bande ne sont pas soumises à la réfraction dans l'ionosphère, la propagation est essentiellement troposphérique et relativement réduite, de l'ordre de quelques dizaines de kilomètres.

Origine ANFR

 

MF

Les ondes hectométriques (MF) permettent des communications à moyennes distances ( environ 200’ ).


Dans le cadre du SMDSM, un plan de fréquences a été établi pour permettre une exploitation en télégraphie à impression directe (NAVTEX international 518 kHz et NAVTEX national 490 kHz).

La bande 1605 à 4000 kHz est la bande réservée à la radiotéléphonie et à la télégraphie à impression directe, avec une bande protégée comprise entre 2170 et 2194 encadrant les fréquences  de détresse.

Il a été établi en 1987 un nouveau plan d'utilisation des fréquences permettant :

  • une exploitation classique en phonie (2182 kHz)
  • une exploitation utilisant la technique de l'appel sélectif numérique (2187,5 kHz)
  • une exploitation par télégraphie à impression directe (2174,5 kHz).


La propagation : de jour, ces bandes pénètrent dans l’ionosphère et y sont largement absorbées ; les ondes de sol sont seules utilisées. Par contre, de nuit, la couche D disparaît, l'absorption diminue et il devient possible d'utiliser l'onde ionosphérique au delà de la portée de l'onde de sol.

La portée est de l'ordre de 300 milles de jour et de 500 milles de nuit.

HF

Elles permettent des communications longues distances. En fonction du moment, la portée de ces fréquences est mondiale.


Elles comprennent les fréquences de la bande de 4000 à 27500 kHz. Des fréquences communes sont réservées dans les bandes des 4, 6, 8, 12, 16, 19, 22 et 26 MHz pour écouler le trafic radiomaritime de correspondance publique, aussi bien en ASN et radiotéléphonie qu’en radiotélégraphie.

Des fréquences sont réservées dans chacune de ces bandes dans le cadre du SMDSM pour la diffusion des alertes de détresse et de sécurité (ASN), le trafic de détresse et de sécurité (en radiotéléphonie et en radiotélégraphie), ainsi que pour la diffusion des RSM (télégraphie à impression directe : télex).