[ Le SMDSM ] [ Avant le SMDSM ] [ Base du SMDSM ] [ Fonctionnement ] [ Ouvrages SMDSM ] [ Procédures phonie ] [ Anglais SMCP ] [ Com. de routine ] [ Formation SMDSM ] [ Abréviations ] [ Mes liens ] [ Contact ] [ Plan du site ]
 

Les communications de routine ou communications d'ordre générale sont toutes les communications autre que celles de détresse, d'urgence et de sécurité.

Une large partie de ces communications est consacrée à la correspondance publique. Cependant les navires échangent aussi des communications d'ordre générale entres eux et avec la terre grâce aux moyens de communication du bord : VHF, MF, HF et Inmarsat.

  • Les communications portuaires concernent le trafic (VHF en général) entre le navire et les différentes infrastructures portuaires : Capitainerie, service des pilotes, pilotine, service de lamanage, etc ...
  • Les communications de service concernent les messages ayant trait aux différents aspects techniques concernant la bonne marche du navire et son positionnement : centre de contrôle du trafic, report de position, entrée et sortie de zone, etc ...
  • Les liaisons de correspondance publique : le personnel embarqué et les passagers utilisent tous les systèmes disponibles à bord pour échanger, via une SC, avec un correspondant à terre.
  • Les communications de "loisirs", spécialité des pêcheurs qui ne disposent d'aucune distraction à bord, et les longues journées (18 à 20heures/24 et souvent plus) passées dans les 2 mètres carré de la passerelle sont parfois ennuyeuses, il faut bien meubler ...

Seules les communications nécessitant de passer par une SC ou une STC sont taxées. Pour connaître les détails sur la taxation, consulter la Nomenclature des Stations Côtières de l'UIT.

 

La radiotéléphonie

Tous les navires et certaines stations côtières (consulter la Nomenclature des Stations Côtières de l'UIT) possèdent, en plus des fréquences de détresse, des fréquences de trafic permettant au navires à la mer d'appeler et d'être appelé depuis la terre par radiotéléphone.

  • Station côtière VHF

Les navires peuvent appeler la S.C. sur le canal 70 par ASN (G2B), consulter la notice de votre appareil.

Le canal de détresse 16 (F3E/G3E) peut être utilisée pour l'appel en phonie. Ce canal étant avant tout réservé aux communications de détresse, il est absolument indispensable de vérifier que ce canal est libre avant d’appeller. Vérifier ensuite qu’il n’y a pas de période de silence en cours (de H+00 à H+03 et de H+30 à H+33). De plus l’appel devra être aussi bref que possible, pour ne pas occuper la fréquence trop longtemps. Appeler la S.C. par son nom d'appel et indiquer le nom de votre navire.

Sur le canal de dégagement affecté par l'opérateur de la S.C. il faut indiquer : le nom du navire, l'indicatif radio ou le M.M.S.I., le Code d’Identification de l’Autorité chargée de la Comptabilité (C.I.A.C./A.A.I.C.) ex: FR01 pour France Télécom, le numéro de l'abonné et éventuellement le pays dans lequel il réside.

  • Station côtière MF

Les navires peuvent appeler la S.C. par ASN (F1B), sur la paire de fréquences nationale de la S.C., ou sur la paire de fréquences internationale : 2189,5/2177 kHz, consulter la notice de votre appareil et la nomenclature des Stations Côtières de l'UIT.

La fréquence de détresse 2182 kHz (J3E) peut être utilisée pour l'appel en phonie. Cette fréquence étant avant tout réservée aux communications de détresse, il est absolument indispensable de vérifier qu'elle est libre avant d’appeller. Vérifier ensuite qu’il n’y a pas de période de silence en cours (de H+00 à H+03 et de H+30 à H+33). De plus l’appel devra être aussi bref que possible, pour ne pas occuper la fréquence trop longtemps. Appeler la S.C. par son nom d’appel et indiquer le mon de votre navire.

Sur la paire de fréquences de dégagement affecté par l’opérateur de la S.C. il faut indiquer : le nom du navire, l’indicatif radio ou le M.M.S.I., le Code d’Identification de l’Autorité chargée de la Comptabilité (C.I.A.C./A.A.I.C.) ex: FR01 pour France Télécom, le numéro de l’abonné et éventuellement le pays dans lequel il réside.

  • Station côtière HF

Les navires peuvent appeler la S.C. par ASN (F1B), sur les paires de fréquences attribuées dans chaque bande HF, consulter la notice de votre appareil et la nomenclature des Stations Côtières de l'UIT.

Les fréquences de détresse de la bande HF (J3E) ne peuvent être utilisées pour l'appel en phonie. Les navires sont invités à consulter la Nomenclature des Stations Côtières de l'UIT afin de connaitre les fréquences à utiliser avec chaque S.C. Les fréquences d'appel sont indiquées en caractères gras. Généralement l'opérateur de la S.C. fera dégager sur une autre paire de fréquences de travail, le plus souvent il indiquera un numéro de canal UIT à utiliser; il faut indiquer : le nom du navire, l’indicatif radio ou le M.M.S.I., le Code d’Identification de l’Autorité chargée de la Comptabilité (C.I.A.C./A.A.I.C.) ex: FR01 pour France Télécom, le numéro de l’abonné et éventuellement le pays dans lequel il réside.

Taxation

L'unité monétaire utilisée est généralement le DTS, parfois le Franc Or. Le DTS est une unité du Fond Monétaire International (en fait c'est un " panier " de monnaies) pour la composition des taxes de répartition pour les services de Télécommunications et l'établissement des comptes internationaux. Les cours du DTS sont communiqués chaque jour aux banques et publiés dans le bulletin bimensuel du F.M.I. Pratiquement, à bord des navires, le DTS, conserve sa valeur pendant le mois entier. Cette valeur est le cours valable le premier jour ouvrable du mois. Pour connaître le cours du DTS, si vous êtes en mer, la solution la plus simple consiste à le demander auprès des opérateurs des SC. Si vous disposez d'une liaison Internet vous pouvez visiter le site du FMI sur http://www.imf.org .

Le minimum de perception est de 1 ou 3 minutes suivant les stations côtières, les minutes supléméntaires sont indivisibles. L'opérateur de la S.C. est le seul juge de la durée à facturer, il peut tenir compte de la qualité de la liaison pour établir son calcul.

Les radiocommunications à destination d’un abonné du réseau téléphonique sont composées de deux taxes : la taxe terrestre (accès aux services de la S.C., fixe et toujours prélevée) et la taxe de ligne (liaison S.C. correspondant, variable et parfois inexistante). La plupart du temps, si le correspondant est situé sur le territoire national de la S.C. d’acheminement, la taxe de ligne est comprise dans la taxe terrestre, elle est donc égale à zéro (c’est le cas en Norvège).

 

La radiotélégraphie à impression directe

La radiotélégraphie à impression directe permet d'établir des liaisons par téléimprimeur entre des navires et les abonnés du réseau télex.

Dans le sens Navire-Terre, l'accès est totalement automatique
Dans le sens Terre-Navire, l'abonné dépose un message que le navire vient chercher dans une boîte à lettres.

L'identification des stations mobiles est automatique soit par une identification à 5 chiffres (appel sélectif classique) soit par le code à 9 chiffres (MMSI).

Les émissions se font en classe F1B

Il n'existe plus de stations Française permettant ce genre de service. La station de Saint-Lys radio est définitivement fermée depuis le 15/01/1998. Les navires Français sont invités à trafiquer par les stations étrangères. Il sera souvent souhaitable de passer par les stations côtières d'Oostende, Berne ou Monaco, surtout si votre correspondant est situé en France car la taxe de ligne sera inférieure.

Les communications radio télex sont taxées à la durée (souvent la première minute est indivisible, puis taxation par tranches de 1/10 de minute, parfois 1 minute) et en fonction de zones définies par l'administration. Consulter la Nomenclature des Stations côtières de l'UIT, pour connaitre précisément les tarifs.

Peu de navires sont équipés télex, sauf bien évidemment ceux fréquentant la zone A4, de plus beaucoup d'entreprises à terre utilisent d'autres systèmes de communication, le télex est donc depuis plusieurs années en perte de vitesse.

 

Le radiotélégramme

Le radiotélégramme est un écrit destiné à être transmis à un destinataire par un moyen radioélectrique dont l'origine ou le destinataire est une station du service mobile.

Tous les mots, de l'adresse à la signature y compris les indications de service sont taxés, sont comptés pour autant de mots taxables qu'ils contiennent de fois 10 caractères.

Tous les radiotélégrammes doivent avoir un préambule contenant les informations suivantes :
- Nom du navire               :   origine
- Numéro                         :   pris dans la série journalière
- Nombre de mots            :   nombre de mots taxés et réels
- Date                             :   le jour en deux caractères
- Heure                           :   4 caractères, 2 pour l'heure, 2 pour les minutes
- CIAC                            :   Code d'Identification de l'Autorité  Comptable (AAIC en anglais)
 
Exemple : ORION  7  17/15 10  1142  FR12
 
Pendant le parcours terrestre, la station côtière ajoute son nom dans le préambule à la suite du nom du navire origine.

Dans le sens Navire-Terre, la rédaction de l'adresse doit contenir le nom du destinataire, éventuellement le prénom ainsi que l'adresse complète et le code postal. dans le sens Terre-Navire, le nom du navire doit être suivi de son indicatif ainsi que du nom de la  station côtière de transit.


La taxation est la suivante :
- la taxe terrestre correspondant au transit
- la taxe de ligne correspondant au parcours télégraphique
- la taxe de station mobile attachée à la station mobile
- les taxes pour les services spéciaux éventuellement demandés par l'expéditeur

Le montant de ces taxes figurent dans les nomenclatures des stations côtières éditées par l'UIT (place des Nations à Genève - Suisse).

Aujourd'hui le radiotélégramme n'est pratiquement plus utilisé.

 

Les standards Inmarsat

En construction