[ Le SMDSM ] [ Fonctionnement ] [ Les ondes radio ] [ Les fréquences ] [ Le MMSI ] [ L'ASN ] [ Le télex ] [ Les RSM ] [ Les RLS ] [ Le SART ] [ La VHF portative ]
 

L'E/R VHF portatif est destiné à assurer les radiocommunications entre les canots de sauvetage, entre canots de sauvetage et navires ou tout autre moyen de secours.

 VHF portable SMDSM

Ce matériel portatif est destiné à assurer les radiocommunications entre des canots de sauvetage, entre canots de sauvetage et navires ou tout autre moyen de secours (fonction N° 5 du SMDSM).

Il peut être utilisé pour les communications de bord. A cette fin il devra être équipé, en plus de la pile, qui n'est utilisé qu'en situation de détresse, d'une batterie d'accumulateur rechargeable.

La VHF portative doit être embarquée dans le radeau de survie lors de l'abandon du navire par une personne désignée sur le rôle d'évacuation.

Signalétique OMI VHF SMDSM

Signalétique OMI d'une VHF portable

Les VHF portatives doivent pouvoir fonctionner sur le canal 16 et au moins un autre canal simplex. Si la VHF portative possède plus de 2 canaux, tous les canaux installés doivent être des canaux simplex. La puissance minimum sera de 0,25 W et si la puissance excède 1 W, celle-ci doit pouvoir être réduite à 1 W. Son autonomie est de 8 heures, sur la base de 10 secondes d'émission et de 50 secondes de réception par minute.

Ces VHF doivent pouvoir être utilisées par des personnes non qualifiées (mode d'emploi au dos de l'appareil), avoir des boutons suffisamment gros pour être manipulées par des personnes portant des gants (combinaisons de survie) et résister aux chocs (chute d'un mètre).

Elles doivent être étanches, légères et de faible encombrement.

Elles doivent posséder un étiquetage comportant la date de validité de la pile (4 ans en général).

Attention ces VHF ne flottent généralement pas.